Les producteurs donnent leur avis sur le SPP

Publié le 31 mars 2015 - Dernière mise à jour le 07 avril 2015

Sans détour, 3 de nos partenaires donnent leur avis sur le Symbole des Producteurs Paysans. La parole à Fernando Rodriguez, le coordinateur de la coopérative MAJOMUT au Mexique, Cosmel Gabriel Merino Alvarez, producteur de café et membre de la coopérative APECAP en Equateur  et à Yuridia Pillimue, responsable commerciale de Fondo Paez en Colombie.

 

Fernando Rodriguez, le coordinateur de la coopérative MAJOMUT au Mexique

"Le SPP reprend la philosophie du commerce équitable et de l’économie solidaire. C’est un moyen de construire une économie alternative."

"Le SPP est, pour nous, une façon de distinguer les produits des petits producteurs. Nous avons le sentiment qu'il nous rapproche du consommateur qui est très loin de nous : il permet au consommateur de savoir que le café qu'il boit, provient d'un producteur qui a 1 ha de café et non d'une grande plantation.

En achetant un produit SPP, le consommateur a la garantie que l'argent va à la famille paysanne. Le SPP lui garantit un respect de l’environnement, non seulement pour le producteur et sa famille, mais aussi comme une contribution à la protection de l’environnement pour tout le monde. Nous plantons des caféiers sous ombrage de grands arbres, qui permettent la captation du CO2. Nous participons à notre mesure à la lutte contre le changement climatique parce que nous utilisons l’énergie solaire pour réaliser le café lavé. Nous souhaitons, nous aussi, que nos familles vivent dans de meilleures conditions.

Le SPP nous assure un prix minimum et une prime bio supérieurs aux autres labels, ce qui garantit de la stabilité et des efforts mieux rémunérés pour améliorer la qualité du café et satisfaire les consommateurs. 

Il assure aussi une relation de long terme et plus proche entre le producteur, la marque et le consommateur.  Nous cherchons une meilleure reconnaissance de notre travail sur la qualité, et les prix attractifs nous invitent à produire de manière responsable et sereine." 

 

Cosmel Gabriel Merino Alvarez, producteur de café et membre de la coopérative APECAP en Equateur 

"Le système doit privilégier les personnes humaines et leur bien-être sur le capital et le commerce."

"Au cours de sa dernière Assemblée générale, notre coopérative a décidé d'arrêter la certification FLO et d'opter pour la certification SPP qui est celle dont nous nous sentons la plus proche.

Le plus important pour nous est d'avoir un système qui soit seulement pour les petits producteurs, et qui ne mélange pas tout en intégrant aussi des grandes plantations et des entreprises d'exportation.
 
Le SPP, en donnant un rôle clé au producteur, permet à nos produits de se distinguer sur le marché. Il élimine les doutes que peuvent avoir les consommateurs lorsqu'ils achètent le produit."
 
 

 

Yuridia Pillimue, responsable comerciale de Fondo Paez en Colombie

"Le Fondo Paez défend avec le Symbole des Producteurs Paysans, son identité et la libre expression des producteurs, avec des critères qui ont de l’impact sur la vie des petits producteurs."

"Le SPP, ce sont aussi des consommateurs engagés dans la défense d’un marché pour les petits producteurs, tout en affichant l’origine précise du produit.

Le label  SPP permet aux petits producteurs de contribuer à la définition des réglements et des critères de la norme. Il est ouvert à l’intégration de nouvelles coopératives, et leur propose de l’appui (pour développer leurs capacités).

Le label SPP permet d’intégrer toute la production de la coopérative dans une démarche commerciale. Au moment de la certification d’une nouvelle coopérative ou entreprise, les coopératives déjà certifiées sont consultées, et peuvent émettre des objections, si l'on considère que l’acteur ne respecte pas le code de conduite."

 

D'autres articles sur le même thème
Haut de page