Rapport Attali Pour une économie positive : Ethiquable cité en exemple

Publié le 27 septembre 2013 - Dernière mise à jour le 19 novembre 2013

Bonne surprise : ETHIQUABLE est cité comme exemple* dans le Rapport Attali, remis le 21 septembre au président de la République. 
 

*avec une PETITE faute d'orthographe. Allez Jacques, nous ne vous en voulons pas trop... ethicable non, ethiquable oui !
 

"Comprendons que l’altruisme est une des dimensions les plus vitales de la rationalité." C'est par ces mots que s'ouvre le Rapport pour une économie positive, commandé par François Hollande à Jacques Attali. Ce texte souligne l'impérative nécessité de "restaurer la priorité au long terme" et de sortir de "la dictature de l'urgence", condition pour "résoudre la crise et relever les défis écologiques, technologiques, sociaux, politiques ou spirituels, qui attendent le monde d'ici 2030." 
 

45 propositions pour bâtir un capitalisme patient

Ces propositions sont le fruit de la réflexion menée pendant une année par des économistes, universitaires, sociologues, scientifiques, entrepreneurs, etc. Elles prônent tout un "capitalisme patient", soucieux de davantage prendre en compte le long terme qu'aujourd'hui, dominé par la "tyrannie du court terme".

"L'absence de prise en compte du long terme est la cause principale de la crise actuelle. Il est très inquiétant de voir les sociétés, les nations de plus en plus focalisées sur le court terme", a souligné Jacques Attali à l'issue de sa rencontre avec le président de la République à l'Elysée. 

"L'un des prérequis" de l'"économie positive" est de "bâtir un capitalisme patient, à travers une finance positive, qui retrouve son rôle de support de l'économie réelle", souligne le rapport dans son introduction. "La finance, on ne lui demande pas d'être vertueuse, on lui demande d'être fructueuse", a commenté François Hollande devant les membres des deux groupes de travail ayant participé à l'élaboration du rapport.
 

Redéfinir l'entreprise

Parmi les propositions avancées, certaines concernent l'entreprise, suggérant en premier lieu d'en modifier la définition juridique avec une nouvelle formulation qui tienne compte de "la mission sociale, environnementale et économique de l'entreprise". Actuellement, "l'article du Code civil qui définit le contrat de société fournit une vision très restreinte d'une entité qui serait seulement tournée vers l'intérêt de ses associés capitalistes".

Le rapport propose par conséquent une nouvelle définition qui prenne en compte "la mission sociale, environnementale et économique de l'entreprise".

Le document préconise aussi une "refonte des normes comptables (proposition 5), afin d'y intégrer la dimension de long terme qui leur fait aujourd'hui défaut, ne permettant pas de valoriser les comportements positifs des entreprises". 
 

Rendre des comptes pas uniquement aux actionnaires

Le rapport préconise aussi que la France milite au niveau européen ou du G20 en faveur du renforcement des actionnaires de long terme, dont les droits de vote «pourraient être proportionnels» aux titres détenus mais aussi à la durée de détention. L’objectif étant de «mettre fin à la myopie actionnariale».

"Parler de nouvelle économie, ce n'est pas parler d'une autre économie, (...) c'est parler d'une économie qui serait capable d'être plus performante", a souligné François Hollande lors de son intervention au LH Forum. Le chef de l'Etat a mis en avant trois grands enjeux: "modifier le système économique lui-même" pour être "plus efficace dans la répartition des richesses"; réfléchir aux "critères" sur lesquels une entreprise est jugée "efficace et rentable"; et à la question de la transition écologique et énergétique.

(Avec beaucoup de flagornerie, nous comprenons pourquoi nous sommes cités en exemple... mais il manque tous les acteurs de l'économie sociale et solidaire, qui font de "l'économie positive" sans le savoir !)

D'autres articles sur le même thème

Commentaires

Soumis par David Millet le
La notion de "développement durable" a été essorée et vidée de son contenu jusqu'à ne plus vouloir rien dire...qu'en sera-t-il du "capitalisme patient"? Au lieu de rajouter des adjectifs pour édulcorer ou adoucir les concepts, ne faudrait il pas les remettre en cause une bonne fois pour toute? Bravo à Ethiquable pour la distinction qui lui est accordée!
Haut de page