Tout comprendre sur l'agro-écologie intensive

Publié le 24 juin 2019 - Dernière mise à jour le 28 juin 2019
agroécologie intensive ethiquable

L'agro-écologie est-elle un énième concept marketing à la mode ou une science inventée au quotidien par les producteurs eux-mêmes ? L'agriculture biologique n'est-elle pas suffisante pour assurer une transition écologique ?

Direction le Kerala en Inde avec la coopérative FTAK pour une explication par l'image.


agroécologie intensive

Nous avons l’habitude de travailler avec des producteurs de café et de cacao en agroforesterie : les caféiers poussent sous de grands arbres d'ombrage en association avec des fruitiers. A FTAK, on peut constater que les surfaces sont encore plus denses. Les arbres d’ombrage - ici, le bethel - servent de tuteur au poivre. Entre les pieds de café, les producteurs font pousser du gingembre et du curcuma. Chaque espace est mis à profit, chaque étage de culture est valorisé.
 

L'agro-écologie intensive est un impératif pour les petits producteurs

La coopérative FTAK réunit 4 184 "très" petits producteurs. Ils possèdent 1 hectare de parcelle en moyenne. Certaines familles n'ont qu'un demi hectare. Faire vivre une famille sur des parcelles aussi restreintes reste un défi.

Tous les producteurs respectent le cahier des charges de l'agriculture biologique et sont certifiés à la suite de contrôles.

La certification bio dont le critère principal est l'interdiction d'utiliser des pesticides et des engrais chimiques de synthèse, n'est pas suffisante pour répondre à la problématique de ces producteurs : comment faire vivre une famille avec une petite parcelle agricole ?

Ils vont plus loin que la Bio et développent un ensemble de pratiques afin d'augmenter le volume des récoltes en misant sur un système de production savamment diversifié. Le fait de pouvoir vendre une partie de leurs récoltes en commerce équitable est un atout majeur pour développer ce type de pratique.

Décryptage en images

agroécologie intensive ethiquable
 

des cultures très diversifiées : arbres d’ombrage sur la strate la plus élevée, arbres de taille moyenne (café, cacao, cajou - anacardier, muscade) et buissons (cardamome) sur la strate intermédiaire, cultures au sol (gingembre, curcuma, mais également tubercules pour la consommation des familles)

une association agriculture-élevage forte, avec un transfert de fertilité entre les deux activités

des pratiques de gestion des sols et de la fertilité : compost et vermicompost, mulch ou paillage au pied des arbres avec les déchets de coco pour maintenir l'humidité, plantation des arbres en cuvettes pour garder l’eau de pluie, terrasses et murets de pierre dans les zones montagneuses...

un maintien de variétés anciennes de cocotier (plus résistantes aux insectes) et de poivre (karimunda, panniyour) et de variétés de muscade sauvage.

 

Le coin théorique.
En réponse aux défis posés par l’adaptation des systèmes de production aux changements globaux et pour assurer la transition écologique, des producteurs et des organisations de producteurs, la société civile, des organismes de recherche et de développement mobilisent de nouvelles approches de régulations naturelles basées sur les principes de l’agroécologie.
L’agro-écologie s’oppose à l’agriculture conventionnelle dans le sens où elle essaie de substituer les mécanismes écologiques naturels aux intrants chimiques et aux énergies fossiles utilisés de manière systématique. Elle promeut des systèmes de production agricole valorisant la diversité biologique et les processus naturels (cycles de l’azote, du carbone, de l’eau, équilibres biologiques entre organismes ravageurs et auxiliaires des cultures…).
On entend par « intensive », à la fois la volonté d’obtenir une productivité élevée et celle d’amplifier les fonctionnalités naturelles des agroécosystèmes.
Consultez le dictionnaire d'agroécologie


agroécologie intensive ethiquable

Toutes ces cultures maraichères ou de rente sont complémentaires sur plusieurs aspects. Elles se renforcent les unes les autres (ombrage et tuteurs par exemple). Elles sont aussi complémentaires en temps de travail : les travaux se succèdent sur les différentes cultures au lieu d’être concentrés sur un pic de production. Avec toutes ces petites productions mises bout à bout, les producteurs tirent un revenu décent. Ils sont également plus résilients face à une catastrophe naturelle ou une chute des cours d’un produit.
 

La diversité des modèles d'agro-écologie intensive

Il n'y a pas un modèle unique d'agro-écologie. Le principe général est une parcelle extrêmement intensive avec de nombreuses cultures associées. Néanmoins, chaque producteur invente sa parcelle en fonction de son contexte, la fertilité des sols, la géographie, etc.

Dans les zones caféières de la FTAK, les caféiers sont en intercalaire avec des cocotiers et des cacaoyers. Entre ces arbres, on trouve des épices (arbres type muscade ou girofle), mais également massifs buissonnants de cardamome et des planches au sol avec curcuma et gingembre ; et poivre tuteuré sur les arbres d’ombrage. Dans la zone montagneuse (districts de Wayanad et Kannur), le mode de production associe le robusta avec les épices et quelques cocotiers et cacaoyers, voire un peu de cajou dans le district de Kannur.

Un système agro-forestier traditionnel permet d'optimiser la fertilité, la lumière et la biodiversité des parcelles.

En dehors de la zone caféière, il ne trouve pas 2 arbres identiques côte à côte, les espèces sont complètement mélangées sur 100% de la parcelle. Sur la frange côtière, district Kasargod et Kozhikode du Kerala, plus sèche, les exploitations sont centrées sur le cocotier et l’anacardier.

Dans tous les cas, les exploitations ont fréquemment 1 à 4 bovins pour la production de lait, ainsi que quelques chèvres, ce qui permet aussi un transfert de fertilité vers les cultures.

 

produit ftak ethiquable bio equitable

Depuis 2007, nous avons créé avec FTAK 8 produits issus de l'agriculture biologique et du commerce équitable : curcuma, noix de muscade, noix de cajou sans sel, noix de cajou, huile vierge de coco, la toute nouvelle purée de cajou, poivre noir et 3 baies

D'autres articles sur le même thème
Haut de page