La Vice-Présidente du Pérou en faveur du commerce équitable

Publié le 19 novembre 2013 - Dernière mise à jour le 24 janvier 2014
Le pérou en faveur du commerce équitable

Nous avons été très honorés de la participation de ​la Vice-Présidente de la République du Pérou, Marisol Espinoza, à la soirée des 10 ans d’ETHIQUABLE. Elle a souhaité le faire au nom d’une amitié déjà ancienne, mais aussi parce qu’elle mesure combien les dynamiques des organisations de producteurs du Pérou se sont construites en association avec des acteurs engagés comme ETHIQUABLE et d’autres en Europe et en Amérique du Nord.

 

Portrait d'une femme engagée

L’engagement de Marisol Espinoza en faveur de l’agriculture paysanne et des coopératives de commerce équitable ne date pas d’aujourd’hui. Lorsqu’elle était journaliste du Tiempo, le quotidien de la région Nord du Pérou, elle était déjà l’alliée des organisations de petits producteurs de la Sierra de Piura, une région paysanne marginalisée dont elle est elle-même issue. La jeune journaliste se fait alors porte parole de la coopérative CEPICAFE qui donne un nouveau souffle à la culture du café et du cacao en valorisant ces produits dans les filières bio et équitables. En rendant compte de cette expérience innovante de l’économie sociale et des succès obtenus, elle a contribué à redonner une nouvelle fierté aux femmes et aux hommes de la Sierra de Piura, souvent exclus et dévalorisés par les élites urbaines de la région.

C’est avec le soutien des petits producteurs de la région, et notamment de CEPICAFE, que Marisol Espinoza fut élue députée en 2006. Son projet politique devant le congrès était de défendre l’action des coopératives et des communautés paysannes, de montrer que cette économie pouvait être efficace pour améliorer la qualité de vie des gens.



Marisol Espiza, Santiago Paz de CEPICAFE, Marc Dufumier, l'équipe d'AVSF et l'équipe d'ETHIQUABLE...

A une époque où les gouvernements successifs n'ont misé que sur l’exploitation minière industrielle et l’agro-business destiné à l’exportation, la position de Marisol Espinoza est radicalement différente. Dans la région Nord, les élites ne croient pas en l’agriculture paysanne. Issue de la Réforme Agraire des années 50, l’agriculture familiale de la côte pacifique est confrontée dans les années 2000 à une forte crise qui oblige souvent les paysans à vendre leurs parcelles, permettant ainsi la reconstitution de grandes haciendas pour la production intensive d’asperges, d’avocats, de mangues et d’autres produits d’exportation. De la même façon, au cours des dernières décennies l’Etat a fait le choix d'octroyer plusieurs dizaines d’hectares de terres nouvellement irrigables à des entreprises agro-exportatrices, plutôt que de soutenir l’agriculture familiale.

Au sein du Congrès, la député Marisol Espinoza soutient qu’une autre voie était possible une économie populaire, centrée sur les forces vives de la région, celles des petits paysans et des artisans, celles des coopératives et des groupements villageois.

Réélue aux élections de 2011, Marisol Espinoza est la députée péruvienne ayant obtenu le plus grand nombre de voix. Ses positions rencontrent un écho particulier dans le contexte politique de l’époque. La forte croissance de l’économie péruvienne transforme le pays, mais profite surtout aux urbains, notamment à la capitale Lima, laissant une large majorité de ruraux et de communautés andines sur le bas-côté.

En 2011 également, le candidat à la présidence du Pérou, Ollanta Humala, fait campagne sur la question de la nécessaire inclusion du milieu rural et gagne les élections présidentielles. La nomination de Marisol Espinoza au poste de Vice-présidente de la République est alors un signe fort en faveur d’une politique en faveur des organisations rurales et populaires.
 

Sous l'impulsion de la Vice-Présidente, une pièce de 1 sol péruvien porte comme emblème un cacaoyer et ses cabosses. Valoriser sur la monnaie nationale une ressource naturelle est révélateur de choix politiques en faveur des communautés paysannes. En signe d'amitié, Marisol Espinoza a offert un exemplaire à ETHIQUABLE lors de son passage à Paris.

 

 

L’économie sociale et solidaire a donc une porte-parole de premier plan dans le gouvernement péruvien, bien que selon la Constitution, la Vice-Présidente n’ait pas de réelle fonction exécutive, mais plutôt un rôle de conseillère et de soutien au Président de la République. Les équilibres politiques au Pérou sont aujourd’hui assez instables et les contradictions parfois fortes. La Vice-Présidente a une influence certaine, mais il serait faux de dire que les idées de Marisol Espinoza déterminent aujourd’hui l’action du gouvernement.
 

Marisol Espinoza, accompagnée de Santiago Paz de CEPICAFE, a été reçue le 31 octobre dernier par M. Pascal Canfin, Ministre délégué auprès du Ministre des affaires étrangères, chargé du développement et M. Benoît Hamon, Ministre délégué auprès du Ministre de l’Economie et des finances, chargé de l’Economie sociale et solidaire et de la consommationCette rencontre a permis d’évoquer divers projets communs entre la France et le Pérou, et en particulier, les deux conférences successives des États parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, organisées en 2014 au Pérou.

 

Une victoire pour cepicafe, notre partenaire historique

Pour notre partenaire historique CEPICAFE, la trajectoire de Marisol Espinoza constitue une réelle victoire. Elle démontre qu’une organisation de petits producteurs peut peser sur des politiques publiques et ainsi obtenir un impact plus large que les résultats économiques et sociaux obtenus sur le terrain en s’appuyant sur le commerce équitable. En retour, Marisol se déplace souvent dans la région de Piura pour soutenir des projets locaux ou échanger avec les communautés. Chacun de ses déplacements suscite toujours un accueil chaleureux des femmes et des hommes des communautés paysannes. La nomination d’une des leurs à ce poste prestigieux est une source d’espoir pour la coopérative.
 

cafe-arabica-selection-daltitude-equitable-bio-ethiquable

En 10 ans, CEPICAFE et ETHIQUABLE ont développé ensemble 14 produits équitables et bio.
CEPICAFE regroupe aujourd'hui plus de 7 000 producteurs aux environs de Piura.

Depuis deux ans, CEPICAFE s’est lancé dans un nouveau défi, celui de valoriser le cacao des indiens Awajún de la région amazonienne voisine. Le peuple Awajún, dont la culture est modelée par une ancienne tradition guerrière, s’est affirmé fortement sur la scène politique péruvienne au cours de la dernière décennie pour avoir défendu son territoire et ses terres. Marisol a engagé toute son énergie pour accompagner et soutenir ce projet.

Après plusieurs mois de travail, les actions d’amélioration de la qualité donnent leurs premiers fruits. Marisol a donc décidé d’accompagner Santiago Paz, le gérant de CEPICAFE et Rodriguez, leader de la communauté Awajún, dans cette visite en Europe pour promouvoir ce cacao particulier, produit au cœur de la forêt amazonienne.

A suivre

Commentaires

Haut de page